Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  ZB Campus  >  Espace pédagogique

ZB Campus

SAVOIR INVESTIR
2.14 - Les gaps

Parmi les configurations graphiques, les gaps sont sans conteste l’une des figures les plus courantes et les plus méconnues. Littéralement, un gap est un trou de cotation, un espace de temps dans lequel aucun échange n'a lieu sur un titre. De fait, un gap ne peut être observé qu’avec des bar charts ou des bougies japonaises.

Un gap évoque une discontinuité dans l’évolution des cours. Cette discontinuité peut révéler plusieurs causes, parfois même opposées. Certains gaps ont une valeur prédictive assez intéressante, d’autres sont jugés « mineurs ».
 
La théorie chartiste s’est donc appliquée à classifier les gaps en quatre catégories que nous détaillons ci-dessous.
 
Le gap commun
Il se produit souvent sur des marchés sans tendance ou lors de range relativement étroit. Il est le fruit d’événements mineurs qui affectent la vie du titre ou simplement d’un décalage du à une faible volatilité ou des volumes très modestes.
Il est sans réelle conséquence à long terme car il est généralement comblé assez rapidement (dans le jargon chartiste, cela signifie que les cours reviendront tester les niveaux où le gap a débuté).
 
Le gap de rupture (ou breakaway gap)
Comme son nom l’indique, ce type de gap se produit au moment d’une rupture de tendance, de figure technique ou de franchissement de support/résistance. Il vient renforcer le signal donné par la rupture de la configuration graphique et s’accompagne généralement de forts volumes.
Il suggère l’amorce d’une nouvelle tendance et n’est pas comblé entièrement. Le remplissage complet du gap sera au contraire l’élément d’invalidation du signal précédemment donné.
 
Le gap de continuation (ou runaway gap)
Ce genre de gap intervient lorsque le marché est déjà en tendance. Il est admis que ce type de gap intervient à la moitié d’une tendance. Le gap sera haussier dans une tendance haussière et baissier dans une tendance baissière. Il vient confirmer la force de la tendance et s’accompagne généralement de forts volumes. Comme pour le gap de rupture, le comblement partiel est admis, mais le comblement total du gap viendrait hypothéquer la structure graphique.
Le gap devient ensuite une zone de support/résistance souvent pertinente. Et comme il se situe à mi-parcours d’une tendance, il est aussi utilisé pour établir un objectif de cours en reportant la hauteur de la tendance déjà réalisée.
 
 
Le gap terminal (ou exhaustion gap)
Il apparaît en fin de tendance, après un gap de rupture et de continuation et lorsque les objectifs ont été atteints. Ces gaps sont souvent comblés rapidement et viennent confirmer un changement de consensus sur la valeur et par conséquent l’amorce d’un renversement de tendance. La configuration en « île de retournement » évoquée sur les chandeliers japonais en est une parfaite illustration.





Nous vous accompagnons dans vos investissements.