Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Paris  >  BOIRON    BOI   FR0000061129

BOIRON

(BOI)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

La cueillette de l'arnica réduite à la portion congrue cette année dans les

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
11/07/2020 | 08:36

Vosges

METZ (awp/afp) - L'arnica, fleur sauvage prisée pour ses vertus anti-inflammatoires, souffre de la sécheresse qui sévit sur le col du Markstein, dans le massif des Vosges où elle s'épanouit: cette année seuls 40 kilos ont été cueillis contre... sept tonnes en moyenne.

"On pourrait récolter de l'arnica, il y en a, mais exercer une pression sur la plante dans une année faible serait dangereux", estime Olivier Claude, directeur du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

"Il ne faut pas la cueillir cette année pour la préserver, c'est une mesure de prévention", ajoute-t-il.

Seuls quelques petits cueilleurs professionnels, qui transforment l'arnica, ont été autorisés à récolter environ 40 kilos sur les pentes du Markstein, col vosgien culminant à 1.183 m, principal site de récolte de la marguerite aux pétales jaunes.

L'arnica montana s'épanouit sur les chaumes (pâturages d'altitude) des Hautes-Vosges grâce à un système racinaire souterrain, peu concurrencée par les rares autres végétaux.

Chaumes clairsemées

L'an dernier, la petite fleur étant peu présente, la cueillette n'avait duré qu'une journée. La faible floraison de l'arnica, transformée ensuite en gélules, huile, gel ou crème, peut s'expliquer, selon le directeur du Parc, par "un problème de climat, de sécheresse".

"L'évolution climatique est le facteur le plus probable. C'est une hypothèse, ce n'est pas une certitude, car les choses vont assez vite et nous n'avons pas encore toutes les données pour les interpréter", précise M. Claude.

Pour la deuxième année consécutive, les Vosges ont connu un printemps sec après un hiver doux et sans neige. Or, pour se développer, "l'arnica, comme beaucoup de plantes de montagne, a besoin de saisons marquées avec des hivers froids et des printemps pluvieux", détaille le directeur du Parc.

La cueillette de la précieuse fleur jaune - la tonne se négociait autour de 10.000 euros en 2018 - est très réglementée. Une convention signée en 2007 par le Parc naturel régional des Ballons des Vosges et le conseil départemental des Vosges avec, entre autres, les communes propriétaires des surfaces, des laboratoires et des cueilleurs, encadre les pratiques agricoles et secteurs de récolte.

En juin, les acteurs de la convention arpentent le Markstein pour déterminer le volume à prélever en fonction de la floraison. Cette année, le constat a été sans appel: les chaumes, habituellement recouvertes d'un tapis jaune, étaient clairsemées.

"Je n'avais jamais vu les champs dans cet état-là, il n'y avait quasiment pas de fleurs", se désole Régis Saladin, fondateur et directeur du laboratoire Phytodia, qui récolte jusqu'à 200 kilos les meilleures années.

"C'est la première fois que nous n'avons pas récolté de l'arnica sur le Markstein, qui est historiquement une zone d'approvisionnement importante. C'est marquant", constatent les laboratoires Boiron, qui ont diversifié leurs zones de cueillette.

Les pentes du Markstein fournissent habituellement la majeure partie de la récolte annuelle d'arnica sauvage en France, loin devant les stations des Pyrénées et du Massif central.

Domestication

Pour pallier l'absence de la plante qui a la cote auprès des consommateurs, les laboratoires Phytodia, installés à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin), expérimentent depuis trois ans sa culture domestique avec un agriculteur vosgien, Alain Grandemange.

Le projet consiste à cultiver la plante dans un environnement proche de son milieu naturel, tout en lui apportant les ressources nécessaires à son développement.

Mais, explique Régis Saladin, "une plante, dans son biotope naturel, développe des molécules de défense contre les agressions extérieures", donc des principes actifs puissants, qui rendent l'arnica efficace. "Une plante qu'on bichonne" produit de jolies fleurs, mais avec beaucoup moins de principes actifs, constate-t-il.

"Tout le secret de nos études, c'est de déterminer le meilleur curseur. Et être patient ! On travaille à l'instinct, entre les compétences de notre paysan et notre connaissance des plantes", poursuit le directeur des laboratoires de cosmétique et phytothérapie. Une première culture pourrait être exploitée en 2022.

"On ne sait pas si (la faible floraison) de ces deux années est ponctuelle et ne se reproduira pas ou si l'arnica est en train de disparaître du Markstein en raison du changement climatique", s'inquiète M. Saladin.

Le directeur du Parc rappelle que les végétaux connaissent des variations de production et que 2018 avait été "une année exceptionnelle en quantité".

mk/bdx/riw

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur BOIRON
17/07BOIRON : plus forte baisse du SRD à la clôture du vendredi 17 juillet 2020
AO
17/07BOURSE DE PARIS : Paris sans élan pour conclure la semaine
AW
17/07EUROPE : Concentrée sur le sommet européen, la Bourse de Paris reste en retrait ..
AW
17/07BOIRON : plus forte baisse du SRD à la mi-séance du vendredi 17 juillet 2020
AO
17/07BOIRON : 2020 half year activity
AN
17/07BOIRON : La valeur du jour à Paris BOIRON malmené
AO
17/07AVIS D'ANALYSTES DU JOUR : BNP Paribas, Boiron, Givaudan, Heineken, Swedish Orph..
17/07BOURSE DE PARIS : Paris opte pour la prudence, les yeux braqués vers Bruxelles
AW
17/07Bruxelles, c'est là que ça se passe
17/07BOURSE DE PARIS : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BOIRON
Plus de recommandations
Données financières
CA 2020 537 M 633 M -
Résultat net 2020 19,3 M 22,8 M -
Tréso. nette 2020 236 M 278 M -
PER 2020 49,5x
Rendement 2020 1,16%
Capitalisation 598 M 705 M -
VE / CA 2020 0,67x
VE / CA 2021 0,68x
Nbr Employés 3 240
Flottant 24,3%
Graphique BOIRON
Durée : Période :
BOIRON : Graphique analyse technique BOIRON | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique BOIRON
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ALLEGER
Nombre d'Analystes 3
Objectif de cours Moyen 36,63 €
Dernier Cours de Cloture 34,15 €
Ecart / Objectif Haut 17,1%
Ecart / Objectif Moyen 7,27%
Ecart / Objectif Bas -3,66%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Valérie Lorentz-Poinsot Chief Executive Officer & Director
Thierry Boiron Chairman
Patrice Varraut Chief Operating Officer
Eric Lambert Chief Financial & Administrative Officer
Hervé Coulpier Chief Technologic Officer
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
BOIRON-6.18%705
CANOPY GROWTH CORPORATION-18.42%6 185
BEIJING TONGRENTANG CO., LTD8.87%6 039
CURALEAF HOLDINGS, INC.40.83%5 724
DONG-E-E-JIAO CO.,LTD.17.19%3 854
TRULIEVE CANNABIS CORP.63.83%2 193