Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

DEUTSCHE WOHNEN SE

(DWNI)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

A Berlin, un referendum sur la spéculation immobilière bouscule la campagne

19/09/2021 | 06:46
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

électorale

BERLIN (awp/afp) - Dans son appartement en périphérie de Berlin, Regina Lehmann désespère devant la lettre signée par son propriétaire, un gros groupe immobilier, et la mauvaise nouvelle qu'elle annonce : une hausse de loyer imminente.

L'augmentation de 12,34 euros, sur un loyer mensuel de 623,44 euros, peut paraître anodine. Mais payer "sera très difficile", explique à l'AFP cette femme sans emploi, qui vit d'une pension d'invalidité.

Près de 700 de ses voisins vont subir le même sort, avec des hausses pouvant atteindre 8% pour des appartements situés dans de grands ensembles de Spandau, au sein d'un quartier populaire et excentré de la capitale.

C'est contre les appétits des sociétés immobilières que se mobilisent les promoteurs d'un référendum d'initiative citoyenne organisé à Berlin le 26 septembre, en parallèle des élections législatives.

Mot d'ordre : "exproprier" les groupes détenant plus de 3.000 logements, c'est à dire faire passer leur parc immobilier en gestion publique pour mieux réguler les prix.

Dans son salon tapissé de photos de famille, Regina Lehmann l'affirme : elle "ne paiera pas".

"Je pense que si nous payons, dans peu de temps, les loyers augmenteront à nouveau".

Vote consultatif

Les habitants du quartier ont reçu le soutien d'associations qui estiment illégales les nouvelles exigences du groupe Adler, le propriétaire, car les prix dépassent déjà un indice de référence, fixé par la loi, en fonction de chaque quartier.

Adler se borne à mentionner un "environnement amélioré" autour des habitations, qui lui permettrait d'augmenter les prix.

Le référendum est l'aboutissement de la grogne croissante des Berlinois contre le coût du logement.

Dans une capitale dont l'attractivité s'est renforcée ces dernières années, les loyers ont augmenté en moyenne de 85% entre 2007 et 2019, même s'ils restent bien inférieurs à Londres ou Paris.

Le sujet des loyers a également pris une place particulière dans la campagne des législatives devant désigner le successeur d'Angela Merkel à la tête de l'Allemagne.

Après avoir recueilli quelque 346.000 signatures, les promoteurs de cette consultation populaire ont pu obtenir la tenue d'un vote, selon les règles de démocratie locale en vigueur dans la capitale allemande.

Même en cas de victoire du "oui", le résultat ne sera pas contraignant pour le Sénat de Berlin, organe exécutif local. Mais la municipalité devra a minima se saisir politiquement du sujet.

La hausse étrangle de nombreux habitants dans une capitale où 80% des résidents sont locataires, et où le taux de risque de pauvreté (personnes disposant de moins de 60% du revenu médian) atteint 19,3%, contre 15,9% dans l'ensemble du pays.

Les grandes sociétés immobilières, comme Adler Group, qui détient 20.000 logements dans la ville, sont accusées d'être responsables de la crise.

Les défenseurs de l'expropriation ont tapissé la ville d'affiches et multiplié les manifestations.

Selon un sondage du quotidien Tagesspiegel, 47% des habitants seraient favorables au projet. Le soutien s'est accru avec le rejet, par la Cour constitutionnelle, d'un gel des prix introduit par la municipalité de gauche l'an dernier. Cette abrogation, par effet de rattrapage, a entraîné de nouvelles hausses.

Classe politique divisée

"Il faut se battre pour nos droits. Récemment mon loyer mensuel a grimpé de 100 euros", affirmait à l'AFP une manifestante, Catia Santos, 41 ans.

"En tant que locataire, je ne peux plus payer mon loyer", a confié un autre participant Jurgen Wilhem, 78 ans.

L'expropriation des sociétés immobilières est rejetée par la majorité de la classe politique berlinoise, qui privilégie une construction accrue de logements.

La droite y est opposée, pointant du doigt le coût de l'indemnisation que cela entraînerait alors que la collectivité est déjà une des plus endettée d'Allemagne.

La tête de liste du SPD (sociaux-démocrates) à Berlin, Franziska Giffey s'est elle aussi déclarée contre l'initiative, même si son parti, au pouvoir à Berlin, n'est pas opposé à des rachats ponctuels de biens pour juguler les prix.

La ville a d'ailleurs annoncé, vendredi, l'acquisition pour 2,4 milliards d'euros, de près de 14.750 logements aux groupes Deutsche Wohnen et Vonovia, géants du marché.

Seuls Die Linke, gauche radicale, et certaines têtes de liste des Verts se sont prononcés en faveur du projet, certains candidats s'affichant même avec le logo du referendum sur leurs affiches de campagne.

fcz/smk/sr/ob


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur DEUTSCHE WOHNEN SE
08/10Vonovia achète une option pour une participation dans son rival Adler
ZR
08/10Vonovia achète une option pour une participation dans son rival Adler
ZR
07/10BOURSE DE PARIS : Tout va mieux !
07/10EN DIRECT DES MARCHES : Veolia, Vivendi, GM, Twitter, Emerson, Vonovia, Sika, Gaussin, Aup..
07/10Vonovia obtient plus de 60 % des actions de Deutsche Wohnen
ZR
07/10Vonovia obtient plus de 60 % des actions de Deutsche Wohnen
ZR
06/10DEUTSCHE WOHNEN AG : RBC toujours neutre sur le dossier
ZD
04/10Les Bourses dans le rouge, attentives à Evergrande et l'Opep+
AW
28/09DEUTSCHE WOHNEN AG : Warburg Research n'est plus neutre mais vendeur
ZD
27/09Les Berlinois votent en faveur de l'expropriation des appartements de l'immobilier
MT
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur DEUTSCHE WOHNEN SE
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 856 M 997 M -
Résultat net 2021 1 375 M 1 601 M -
Dette nette 2021 11 582 M 13 485 M -
PER 2021 14,5x
Rendement 2021 1,74%
Capitalisation 18 065 M 21 013 M -
VE / CA 2021 34,6x
VE / CA 2022 34,1x
Nbr Employés 1 339
Flottant 30,8%
Graphique DEUTSCHE WOHNEN SE
Durée : Période :
Deutsche Wohnen SE : Graphique analyse technique Deutsche Wohnen SE | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique DEUTSCHE WOHNEN SE
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 13
Dernier Cours de Cloture 52,54 €
Objectif de cours Moyen 51,53 €
Ecart / Objectif Moyen -1,93%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Michael Zahn Chief Executive Officer
Philip Grosse Chief Financial Officer
Matthias Hünlein Chairman-Supervisory Board
Lars Urbansky Chief Operating Officer
Dirk Sonnberg Managing Director-Legal & Compliance
Secteur et Concurrence